LA MEDITATION

La méditation est sans doute la voie la plus directe pour accéder à la Pleine Conscience. Pourquoi ?

Tout simplement parce que c'est dans un état de profonde relaxation, quand le mental est calme et le corps au repos que l'on a le plus de chance d'être en contact avec notre être profond ; cette partie de nous-même qui sait QUI NOUS SOMMES VRAIMENT. 

L'état de méditation n'est pas un état de demi-sommeil mais au contraire un état de conscience aiguisée, élargie, où la véritable nature de la Réalité nous est révélée. Au delà des tracas de la vie quotidienne, des mensonges et des multiples querelles de ce monde, se déploient une sérénité, une joie et un sentiment d'unité sans pareille.

Et c'est là que nous rejoignons les découvertes de la physique quantique. En effet, nous percevons que dans l'univers tout est interrelié, que rien n'est séparé et que la séparation des êtres et des choses n'est que pure ILLUSION.

Difficile à admettre quand on voit à quel point notre monde est plongé dans les affres de la guerre, à quel point la division et la haine sont entretenues pour que nous ne soyons pas conscients de cette Unité et que nous continuions à nous entre-tuer, pour le plus grand intérêt de ceux qui profitent de nos querelles et de nos soit-disant "différences".

Car, en réalité nous ne sommes pas différents si on se donne la peine de voir la Réalité, au-delà du monde physique. C'est ce que nous permet la méditation. Nous placer en quelque sorte en observateur extérieur à cette réalité de troisième dimension pour constater que nous sommes tous UN, bien au-dà des différences (races, couleur de peau, religions, etc...), car ne l'oublions pas : NOUS VENONS TOUS DE LA MEME SOURCE. Nous formons une seule et même famille appellée HUMANITE.

Bien sûr, la méditation réserve des expériences encore plus profondes, qui peuvent s'apparenter aux expériences de sortie du corps ou d'EMI (voir la rubrique correspondante).

La méditation est devenue un phénomène à la mode, tout simplement parce que de plus en plus d'esprits s'éveillent et se rendent compte des abérrations de ce monde cruel et injuste.

Comme nous l'explique Nisargadatta, un instructeur spirituel d'une grande humilité et d'une profonde sagesse : nous ne sommes pas ce corps, nous ne sommes pas notre mental si difficile à dompter, nous ne sommes pas cet égo qui veut toujours avoir raison ; nous sommes avant tout une CONSCIENCE INFINIE.

Avec ce constat en tête, notre vision du monde change radicalement. Nous pouvons plus aisément pratiquer le détachement tant de fois cité dans les enseignements bouddhistes. Sommes-nous contrariés parce que les événements ne se présentent pas comme nous l'avons souhaité ? Sommes-nous jaloux parce qu'une de nos relations réussit mieux dans son activité professionnelle que nous ? Sommes-nous en colère parce que notre partenaire nous quitte ? Sommes-nous rongés par le remords parce que nous avons mal agi envers une personne chère ? Sommes-nous plongés dans la plus grande angoisse de ne plus subvenir aux besoins de notre famille parce que nous sommes au chômage ? Sommes-nous dans le désespoir parce qu'un proche vient de mourir ? Et on pourrait encore énumérer tout ce qui constitue la vie telle que nous la vivons avec ses incertitudes, ses contraintes, ses désillusions, ses chagrins et j'en passe.

 

Fort(e)s de cette nouvelle conscience, c'est-à-dire cette nouvelle perspective, ce nouveau regard, tous ces tracas perdent de leur poids, de leur énergie, parce que la nouvelle énergie qui nous habite est plus forte, plus présente ; ce qui fait que l'état de contentement (à ne pas confondre avec l'auto-satisfaction, ou un quelconque sentiment de supériorité) qui est notre nouvel Etat d'Etre supplante tout le reste.

Bien sûr, les événements sont là, fussent-ils contrariants, frustrants ou malheureux, mais ils perdent de leur intensité. 

Il y a deux aspects à prendre en considération concernant le détachement. Tout d'abord, le détachement n'a strictement rien à voir avec l'indifférence qui marque plutôt un désintérêt pour le malheur des autres et une exagération des émotions ressenties quand il s'agit de notre propre malheur. Le détachement est plutôt notre capacité à surmonter une situation, ne permettant pas à nos émotions de nous envahir. Car, à ce moment-là, submergés par nos émotions, nous sommes bloqués et dans l'incapacité d'agir. Pensons-nous que Mère Térésa tombait à genoux en pleurant devant la misère et la maladie qui s'affichaient devant elle. Non bien sûr, elle agissait, ce qui ne veut pas dire qu'elle restait froide et indifférente, mais qu'elle trouvait la force en elle pour aider, aller au combat, obtenir des solutions, etc... 

Bien souvent, à propos de mon fils handicapé, certaines personnes me disaient : "Oh non, il m'est impossible de venir voir votre fils, je suis bien trop sensible !", d'autres pleuraient en le voyant ainsi paralysé par la maladie. , Eh bien, si tous les parents d'enfants handicapés étaient à ce point "sensibles", il n'y aurait pas assez de centres spécialisés pour les accueillir. 

Après, il y a tout un travail personnel à faire, tout un cheminement qui nous conduit au détachement, état dans lequel nous pouvons véritablement aider.

Le deuxième aspect concerne notre nouveau regard sur ce monde et par ricochet sur notre propre vie. Si notre vision s'élargit, nous ne considérerons plus la période dans laquelle nous sommes limités (de la naissance à la mort) comme la seule réalité possible, mais nous aurons une vue d'ensemble, considérant la Vie comme une continuité, un processus éternel. Du point de vue matérialiste (ne voyant que la vie physique), nous passons au point de vue spirituel qui englobe CE QUE NOUS SOMMES REELLEMENT, c'est-à-dire TOUT ce que nous représentons physiquement et spirituellement, le physique ne constituant que la partie émergée de l'iceberg. 

Rappelons-nous les témoignages des "expérienceurs" lorsqu'ils expliquaient qu'ils avaient accès à la connaissance au sens large. Cela peut englober aussi bien la connaissance de leur véritable nature que la connaissance de la véritable nature de la Réalité, dans un sens plus large. Les lois de l'univers leur apparaissent avec une grande simplicité, comme si (et je pense que c'est le cas) tout était compris en un seul instant, puisque le temps, de l'autre côté du voile, n'existe pas, du moins pas comme nous le concevons.

La nature de ce fameux voile qui nous sépare des mondes de lumière sera développée dans une autre rubrique.

LES TECHNIQUES

Il en existe de nombreuses, et c'est à chacun de faire son choix par rapport à son propre ressenti.

La plus courante et la plus classique s'appelle LA RESPIRATION CONSCIENTE, et elle consiste simplement à focaliser notre attention sur notre respiration en la rendant de plus en plus profonde, par paliers.

Premier palier : on inspire par le nez en comptant jusqu'à trois, puis on expire par le nez ou par la bouche (personnellement, je préfère l'expiration par la bouche, je la trouve plus relaxante), ceci en comptant jusqu'à six.

Deuxième palier : après avoir acquis un peu d'expérience sur le principe de la respiration consciente, on augmente le temps d'inspiration en comptant mentalement jusqu'à six et le temps d'expiration jusqu'à neuf (inspiration toujours par le nez ; expiration par le nez ou par la bouche).

Troisième palier : même chose que pour le deuxième palier sauf que l'on marque une pause de trois secondes à la fin de l'inspiration ainsi qu'à la fin de l'expiration que l'on finira en soufflant plus fort pour vider les poumons du reste d'air.

Une deuxième technique consiste à laisser les pensées se présenter sur l'écran de notre mental sans s'y attarder, c'est-à-dire sans les "accrocher" et ceci tout en respirant normalement. Un peu, comme des nuages qui passent  dans le ciel ; ils glissent et disparaissent comme devraient le faire nos pensées (c'est une image reprise par de nombreux enseignants).

Je ne cite que les deux techniques les plus classiques, car il suffit, si l'on est intéressé, de consulter les innombrables pages consacrées à la méditation sur Internet, sans parler des multiples vidéos qui s'y rapportent.

J'ajouterais, pour finir avec les techniques, que, récemment, certains spécialistes de cet art qu'est la méditation, proposent des méditations guidées ou encore des sessions de longueurs variables avec des sons particuliers en concordance avec nos ondes cérébrales (ondes alpha pour l'état de relaxation et ondes théta qui sont proches des ondes émises lors de la méditation profonde). Ces sons, dont certains sont appelés "binaural beats" pour battements binauraux, sont censés produire un ré-équilibrage de notre cerveau droit et de notre cerveau gauche, nous assurant, au fil du temps, une ré-harmonisation de nos émotions.

Petit rappel concernant les ondes cérébrales

Les ondes BETA

Elles correspondent au rythme de notre cerveau lorsque celui-ci est en pleine activité ; que nous lisions, étudiions, marchions ou travaillions. Nous sommes alors pleinement éveillés et alertes.

Les ondes ALPHA

Lorsque nous sommes détendus, confortablement assis dans un fauteuil, écoutant une douce musique, les ondes cérébrales sont moins rapides ; c'est le rythme de la relaxation.

Les ondes THETA

L'activité de notre cerveau est nettement ralentie ; Nous accédons à cet état en phase de sommeil léger ou encore en état d'hypnose guidée ; c'est aussi le rythme de la méditation profonde où, contrairement au sommeil léger, nous restons CONSCIENTS.

Les ondes DELTA

Le cerveau dans ce cas fonctionne en mode très ralenti. Cet état correspond à la zone de l'inconscient et plus le rythme baisse plus nous nous approchons du coma. L'électroencéphalogramme plat traduit un état de mort cérébrale. Ces explications sont évidemment très succintes. Pour plus de détails, consulter le site www.voyagedelhypnose.com

On peut aussi pratiquer la visualisation. C'est un exercice que j'affectionne tout particulièrement. Il s'agit simplement - avec une douce musique en fond sonore - d'imaginer de beaux paysages ou encore de projeter la conscience dans une situation où l'on se trouve face à l'océan, se laissant bercer par le rythme des vagues. Après, c'est votre propre imagination qui vous guidera, car les visualisations se composent à l'infini.

Si vous êtes sensibles à l'état de notre chère planète ainsi qu'à la situation de certains d'entre nous qui vivent en état de grande précarité ou bien encore dans des zones où la guerre fait rage, vous pouvez envoyer des pensées d'amour et de lumière à ces personnes, puis les visualiser débarrassées de leurs tracas et enfin heureux de vivre.

Ce que je viens d'exprimer peut paraître de l'angélisme. Cependant, il a été vérifié que la pensée est très puissante lorsqu'elle est focalisée et très concentrée. Ainsi, comme nous l'expliquent de nombreux penseurs, si nous étions plusieurs millions à émettre des pensées positives, orientées vers le bien et la paix, l'égrégore produit changerait la face du monde.

Ceci se vérifie dans la vie courante. Si nos pensées sont toujours négatives, des situations négatives se produiront dans notre vie, qui ne sera qu'une suite ininterrompue de conflits et de malentendus ; un peu comme un effet boomerang.

Une pensée très concentrée et "aiguisée comme le fil du rasoir" peut nous faire accomplir des miracles. Il existe de nombreux cas où dans des situations catastrophiques, des solutions ont été trouvées grâce à la puissance de la pensée. Me viennent à l'esprit deux cas qui avaient été présentés dans une émission appelée "la nuit des héros". Le premier cas expose une personne se jetant dans les flammes pour sauver les occupants d'une maison, et ressortant sans aucune trace de brûlure. La volonté de sortir les gens de l'incendie, couplée à une pensée puissante ont conduit cette personne à réaliser cet exploit.

Le deuxième exemple met en scène un accident de la circulation où une voiture est venue s'encastrer dans la rampe qui sépare les voies opposées d'une autoroute. Le conducteur voyant que le métal était venu s'incruster dans la jambe de sa femme, a eu le réflexe immédiat de dégager la partie de la rampe ayant atteint la blesseé. Dans cette situation dramatique, cet homme a eu la force - grâce à sa pensée hyper concentrée - de tordre le métal pour délivrer la malheureuse passagère. Cet acte de bravoure n'a pu être possible que dans ces circonstances. Essayez de tordre cette même rampe dans des conditions ordinaires ; vous n'y arriverez jamais. 

Dans ces deux cas précis, il n'y a aucune place pour l'hésitation, une seule et unique pensée s'impose : sauver les victimes.

Ceci prouve - entre autres - que nous avons des ressources inimaginables dont nous n'avons pas conscience.

J'ai sélectionné deux vidéos qui donnent un bel aperçu des bienfaits immenses que l'on peut retirer de la pensée positive facilitée par la méditation. Cependant, il existe sur Internet des centaines de vidéos sur le sujet. Alors, ne vous privez pas ; offrez à votre corps et à votre esprit ces merveilleux cadeaux. 

 

La puissance de la pensée positive

méditation guidée